e-commerce et moyens de paiement

Comment se faire payer ? Cette question arrive très vite dans la discussion avec un entrepreneur qui veut créer son site internet e-commerce. En effet, le problème du paiement est crucial : il doit proposer un maximum de sécurité pour le vendeur mais aussi pour l’acheteur en diminuant au maximum les contraintes. Je vous livre ci dessous le fruit d’une expérience de plusieurs années dans la mise en place de site internet e-commerce.

1 la règle : plusieurs moyens de paiement

Si la carte bancaire semble tout d’abord le moyen de paiement incontournable, il ne faut pas oublier qu’il y a encore des personnes qui ne souhaitent pas laisser leurs numéros de CB sur un site marchand. Proposer plusieurs moyens de paiement, c’est s’assurer que vous ne laisserez aucun client dans l’impossibilité de régler vos achats.

En pratique, il est préférable de proposer 3 à 4 moyens de paiement.

2 la carte bleue, le moyen de paiement incontournable

carte de créditEntre 80 et 85% des paiements en ligne (selon les différentes études) se font par carte bleue. C’est en effet le moyen de paiement plébiscité par sa simplicité et sa rapidité. D’un point de vue technique, il s’agit pour le commerçant de proposer une page de paiement. cette page est soit générée par un serveur externe (banque par exemple) soit intégré à la boutique e-commerce. Sur cette page, l’internaute va saisir son numéro de carte bleue, le code de sécurité (3 chiffre pour les visa/mastercard et 4 chiffres pour les american express par exemple) et la date de validité.

Si le client choisit le protocole 3D secure, il aura quelques informations supplémentaires à remplir pour valider le fait qu’il est bien le porteur de la carte (date de naissance par exemple). Ce système rassure les acheteurs, mais impose une lourdeur supplémentaire qui est parfois la cause d’abandons de panier.

Ces informations sont ensuite transmises au centre de paiement qui valide ou non la transaction.

Comment accepter la carte bleue sur mon site marchand ?

Il y a deux manière de faire: soit conclure un contrat VAD (Vente A Distance ) avec votre banque, soit passer par un service tiers comme Paypal, Ogone, Paybox… qui ne nécessitent pas ce genre de contrat. Plus simple à mettre en place, ces services coûtent habituellement plus chers. N’oubliez pas qu’un contrat VAD est un service … qui peut se négocier.

L’intégration technique se fait par ajouts de codes ou par la mise en place d’un module qu’il faut paramétrer. C’est une partie délicate qu’il vaut mieux confier à un professionnel à moins d’avoir toutes les compétences requises.

3 les portefeuilles en ligne

63% des internautes les utilisent pour payer des achats. Derrière ce nom barbare, on retrouve des acteurs bien établis; le plus connu étant sans doute Paypal. L’internaute ouvre un porte-monnaie virtuel et y associe une carte bleue. Lors de son paiement, le site e-commerce va le rediriger vers une page où il n’aura bien souvent qu’à fournir ses identifiants (login et mot de passe) fournis par le service pour régler ses achats. Les informations bancaires ne sont jamais communiquées au commerçant.
PayPal Acceptance Mark

L’e-commerçant, de son côté, aura ouvert aussi un compte et le montant de l’achat sera crédité sur ce compte (diminué  évidement d’une commission). Pour récupérer ce montant, il lui faudra bien souvent demander un virement sur son compte professionnel.

Comment proposer le règlement par portefeuille en ligne sur mon site marchand ?

La première chose à faire est de créer un compte professionnel. Ensuite, l’intégration est souvent assez complexe mais ces sociétés proposent des exemples de codes à paramétrer. De nombreuses solutions e-commerce sont fournis avec des plugins gratuits permettant de paramétrer plus facilement ces solutions.

4 le paiement par chèque, encore utilisé par les e-marchands

Environ 20% des internautes souhaitent encore régler par chèque. Accepter les chèques peut être risqué et coûteux. De plus , la gestion des chèques est chronophage. En effet, un chèque (même de banque) peut être refusé jusqu’à 14 jours après son encaissement. De plus, il peut être impayé ou volé. Enfin, sa gestion demande de régulièrement les faire parvenir à sa banque, ce qui peut être chronophage ou générateur de délais supplémentaires.

A l’opposé, c’est un moyen de paiement traditionnel qui a le mérite de ne pas générer de frais (contrairement aux CB ou aux portefeuilles électroniques). Il est aussi possible de consulter le FNCI (Fichier national des chèques irréguliers) par un abonnement via Vérifrance.

5 les autres types de paiements e-commerce

En fonction des spécificité de l’activité et de la taille du site internet, d’autre types de paiements peuvent être proposés. Il s’agit des paiements par carte de fidélité, des paiements à la livraison, des paiements en plusieurs fois (souvent à l’aide de la carte bancaire), des paiements par chèques cadeaux…

Toutes ces solutions peuvent être mises en place sur votre site internet, n’hésitez pas à me contacter.