Un faux commentaire peut coûter cher

Sur le site d’un annuaire très consulté, un internaute a laissé un commentaire très négatif critiquant un restaurant dijonnais. Le commentaire, lapidaire, évoquait une addition copieuse et un repas qui ne l’était pas.

Mais le 11 juillet 2013, au moment du commentaire, le restaurant n’avait pas ouvert ses portes. Impossible donc pour notre internaute de manger sur place. Le tribunal a donc jugé que l’avis « ne peut pas correspondre à l’expression d’un avis objectif se fondant sur une expérience réelle ».

L’auteur des propos dénigrant a été condamné à 2500€ et 5000€ de frais de recherche.